Court-métrage: “Les réalités du Sahel” par Aliou Tounkara

Privée de leur droit d’imaginer leur avenir par ceux qui le décide à leur place, la jeunesse africaine qui représente plus de 60% du continent subit depuis trop longtemps l’individualisme des dirigeants au détriment des populations. Plus que jamais, les jeunes ont besoin d’être entendus, écoutés et impliqués pour prendre en main leur avenir.

Grâce aux nombreux réseaux sociaux accessible à une majeure partie de la population en Afrique, nombreux sont ceux qui, à travers l’art, s’exprime sur les réalités de leur pays afin de sensibiliser mais également de dénoncer le manque de soutien des élites et leaders de leur pays.

C’est notamment le cas du jeune talentueux Aliou Tounkara, âgé de 23 ans, né au Gabon.

Aliou a décidé de pousser un cri d’alarme et de dénoncer à travers ses courts métrages, les conditions déplorables que subissent les jeunes principalement en Afrique subsaharienne.

Ce Il s’inspire pour cela de son vécu, des réalités de son pays et met en lumière les conditions de vie difficile des populations qui peinent à subvenir aux besoins de leur famille et par conséquent oblige les jeunes à abandonner leur scolarité pour travailler.

A travers son tout nouveau court métrage « Les réalités du Sahel », Aliou nous explique quel message il a tenu à faire passer.

« Je suis un jeune de 23 ans, je suis né au Gabon à Mouila, j’ai commencé mon premier court-métrage lors du premier confinement car je m’ennuyais et j’ai décidé de me distraire avec puis par la suite, j’ai aimé faire des vidéos et c’est devenu une passion pour moi.

J’ai à mon actif plus de 20 courts métrages que vous pourrez retrouver sur mes réseaux sociaux sous le pseudo de Didi beuzz officiel, un surnom d’enfance.

J’aime faire passer des messages et conscientiser la jeunesse à travers mes vidéos.

Les réalités du Sahel est un thème que j’ai abordé non pas par simple plaisir mais parce que, ce que j’ai vu en Afrique mais plus précisément en Afrique de l’Ouest dans les pays subsaharien m’a marqué et a éveillé en moi de la tristesse et de la compassion. J’ai vu des jeunes de mon âge incapables de se divertir ou s’épanouir tout simplement parce qu’ils ont une charge à supporter et ces derniers travaillent jour et nuit afin d’aider leurs familles et ils sont obligés d’abandonner les études afin de prendre soin de leurs parents et même là certains n’ont pas cette chance d’aller à l’école.

La précarité dans ces pays est comme une mode. En effet, certaines familles n’ont même pas de quoi se nourrir correctement sans parler du suivi de leurs enfants ou même de leur scolarisation.

Aliou Tounkara lors du tournage de son court métrage “Les réalités du Sahel”

C’est ce phénomène qui pousse plusieurs jeunes à immigrer ou à partir à l’aventure afin d’aider leurs parents et afin de trouver un meilleur mode de vie, ce qui cause d’énormes pertes de vie durant ces voyages.

C’est triste mais c’est une réalité que je me devais de faire savoir et faire comprendre, car beaucoup se disent que la pauvreté ou la souffrance est infinie et perdent vite espoir ou prennent souvent des mauvaises décisions.

Moi, en tant que jeune conscient, je me devais de faire passer ce message et de dire que chaque chose en son temps et par conséquent nous devons nous battre pour rendre nos parents fiers, car en Afrique, on dit que l’enfant est l’espoir de sa famille et représente ses parents donc soyons à leur image et rendons les fiers de nous.

Et s’il faut faire passer un message politique, j’aimerais dire à nos dirigeants d’améliorer nos conditions de vie et de nous permettre d’accéder à certaines aides afin de subvenir à nos besoins et d’améliorer nos conditions de vie, car nous savons tous qu’en Afrique nous sommes riches et nous avons toutes les matières premières nécessaires pour être aisés alors, pourquoi quitter nos pays pour d’autres alors que nous pourrions y être mieux heureux ?!

S’il y a une leçon à retenir, je dirais que dans la vie, il faut apprendre à accepter certaines réalités et croire en soi ; peu importe la situation il faut rester optimiste et croire en Dieu, car nul ne sait le jour où le bonheur frappera à sa porte.

Soyons déterminés dans la vie et croyons en nos rêves peu importe ce que les gens diront restons sur nos choix et battons-nous pour notre réussite et celle de notre famille.

Enfin, je tiens à remercier mes parents Bakary Famory Tounkara et Hawa Tounkara car depuis mon enfance ils me soutiennent dans mes choix. Je fais un Big up à la famille Tounkara, au Collectif Jeunes Capables de D’D llamagie, mes amis et connaissances du Gabon, au Collectif Jeunes Conscients, à Syra une femme au grand cœur, Mabigui pour la voix off, Mr Deo pour le montage.

C’est le Gabon, qui gagne, c’est le Mali qui gagne en gros c’est l’Afrique qui gagne. »

3 pensées sur “Court-métrage: “Les réalités du Sahel” par Aliou Tounkara

  • 24 novembre 2021 à 14 h 13 min
    Permalink

    La plus belle œuvre que j’ai jamais vue♥️
    Courage et force à vous!!!

    Répondre
  • 25 novembre 2021 à 19 h 04 min
    Permalink

    Pour moi je lance force et courage.. toutes mes félicitations mon cher..tu représente une fierté et une motivation pour la jeunesse Africaine.. courage et continuité.. c’est l’Afrique qui gagne ❤️❤️🙏🙏

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
2 + 12 =