Élections à la CAF.

La Commission de contrôle de la Fédération internationale de football (FIFA) a rejeté, ce 26 janvier, les candidatures d’Ahmad, de Constant Omari et Kheïreddine Zetchi pour les élections de la Confédération africaine de football (CAF) prévues pour le 12 mars à Rabat.

L’ex-président de la CAF, Ahmad ne pourra pas prétendre à sa propre succession. Le Malgache avait été suspendu de toutes activités liées au ballon par la Commission d’éthique. Cette suspension était pour soi-disant des faits d’abus de pouvoir et de détournement de fonds surtout. Il a déposé depuis un recours auprès du tribunal arbitral du sport (TAS), instance suprême en matière de conflits sportifs.

Constant Omari s’est vu refusé, le renouvellement de son mandat en tant que président par intérim de la CAF. Le patron de la FIFA, Mukul Mudgal, fait savoir à travers un courrier que le Congolais n’est pas « éligible » en raison d’une « d’une enquête formelle en cours par la commission d’éthique de la FIFA » . Malgré plusieurs semaines d’enquête de la justice interne de la FIFA, Constant Omari n’a pas fait objet de condamnation. Mukul Mudgal ajoute que le patron du football algérien ne pourra pas davantage prétendre à une place au sein du Conseil de la FIFA. Kheïreddine Zetchi a omis de notifier des sanctions imposées par la CAF et la Ligue de football professionnel d’Algérie.

La FIFA a accepté les candidatures de Patrice Motsepe, d’Ahmed Yahya, de Jacques Anouma et d’Augustin Senghor. Malgré que Motsepe et Yahya devraient être auditionnés par la commission de gouvernance de la CAF, ce 28 janvier 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
4 + 23 =