Orange acte le départ de son PDG Stéphane Richard après sa condamnation

Après sa condamnation, le PDG d’Orange, Stéphane Richard n’est pas loin de la sortie. Il sera ainsi remplacé d’ici au 31 janvier à la tête du groupe de télécommunications qu’il dirige depuis 2010. En effet, c’est suite à sa condamnation que le conseil d’administration a annoncé en appel ce mercredi 24 novembre dans l’affaire de l’arbitrage Bernard Tapie.

L’avenir de Stéphane Richard au sein d’Orange est désormais scellé. Le PDG avait remis sa démission et le conseil d’administration réuni mercredi soir a dit prendre acte de cette décision. Il accepte le départ de celui qui dirige le groupe depuis plus de dix ans et dont le mandat aurait dû se terminer à la mi-2022. S’il avait formulé le « souhait personnel » de rester président du groupe à l’issue de son troisième mandat, en lâchant la fonction de directeur général, son ambition a été brisée net par sa condamnation

Ce départ précipité inquiète certains syndicats, mais l’État, actionnaire d’Orange à 20%, avait prévenu par la voix du ministre Bruno Lemaire. Un peu plus tôt dans la journée, il avait demandé au Conseil d’administration de tirer les conséquences de la condamnation de Stéphane Richard. Ce dernier a écopé d’un an de prison avec sursis et de 50 000 euros d’amende pour complicité de détournements de fonds publics dans l’affaire de l’arbitrage Bernard Tapie-Crédit Lyonnais.

Stéphane Richard se pourvoit en cassation

Après une relaxe générale en juillet 2019, la cour d’appel a estimé mercredi que l’arbitrage, qui avait octroyé 403 millions d’euros à Bernard Tapie et a depuis été annulé au civil, était bien « frauduleux » en ce qu’il était biaisé dans le sens des intérêts de l’homme d’affaires.

À l’époque, il était le directeur de cabinet de la ministre de l’Économie Christine Lagarde. Les juges ont estimé qu’il avait négocié à l’insu de « sa ministre » dans cet arbitrage considéré comme « truqué ». Stéphane Richard dénonce « des accusations sans aucun fondement », il se pourvoit devant la cour de cassation.

Orange est un opérateur essentiel à la nation. Tout flottement à sa tête fragilise non seulement l’entreprise, mais quelque part aussi le pays Donc il n’est jamais bon d’avoir ces périodes de flottement

Rfi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 − 21 =