Pr Abdoulaye BATHILY : «Les assises nationales… Les émeutes de mars… On va vers le chaos»

Le constat est amer pour les intervenants du panel consacré, ce samedi, 15 mai 2021, à l’engagement politique et citoyen d’Amadou Mahtar Mbow, dans le cadre de la célébration du centenaire de l’ex-directeur général de l’UNESCO pendant treize ans, et plusieurs fois ministre dans son pays d’origine. Ayant pour la plupart participé aux travaux des assises nationales et de la Commission nationale de réforme des institutions (CNRI), ils gardent un goût d’inachevé.

Parmi eux, il y a Pr Abdoulaye Bathily, ex-candidat à l’élection présidentielle et ex-membre du front ’’Siggil Senegal’’. Qui “après la mascarade électorale des Législatives de 2007, avaient décidé de sortir des ghettos des partis politiques et d’aller vers un rassemblement plus large pour s’opposer à la confiscation du pouvoir par Abdoulaye Wade et d’ouvrir des perspectives nouvelles pour le pays. Nous avons fait un avant-projet qu’on a discuté au sein du front, ensuite qu’on a distribué à la société civile, à des personnalités”, rembobine-t-il.

Poursuivant, il encense Amadou Mahtar Mbow, soutenant qu’il a œuvré que ce dernier dirige les Assises nationales. Car convaincu “par sa droiture moral, son expérience, sa connaissance de la société sénégalaise. Il avait des réticences tout à fait légitimes mais finalement grâce à son engagement politique, patriotique, il a fini par accepter.”

“C’est avec beaucoup d’émotion que je me rappelle cet élan généreux qui a motivé tout le monde. Parce que de ce noyau initial, les assises nationales, et après ce que c’est devenu grâce à cette méthode de Mbow, participative, consultative, délibérative. Il y avait un esprit Assises nationales qui était né, et qui a insufflé pratiquement toutes les dynamiques politiques et sociales jusque dans les coins les plus reculés, au-delà des partis politiques. J’ai fait près de 60 ans de vie politique dans ce pays, mais je n’ai jamais vu un processus comme ça. Aucun parti, aucune organisation, n’en a produit de semblable. On parle d’émergence, de ceci, de cela, de beaucoup de programmes,… Je relis toujours le document des Assises dans ma bibliothèque. Fondamentalement, il y a un déni. On a même dit que les Assises, ce n’est ni la Bible ni le Coran… Mais avec les événements de mars dernier, on peut dire qu’on est revenu à la case départ, ou même avant la case départ”, a-t-il dit, taclant le chef de l’Etat, Macky Sall.

D’ailleurs, pour lui, “on va vers l’inconnu, vers le chaos, si on n’engage pas le processus qui a conduit aux Assises nationales.” Il en veut pour preuve : “Aujourd’hui, toutes les décisions sont prises par l’Exécutif. Par exemple, nous allons à des élections qui vont encore être des élections de contentieux alors que toutes ces questions ont été déjà réglées par les Assises”.

“On n’a pas donné (également) une suite favorable aux travaux de la CNRI”, a embrayé un des panélistes et membre de CNRI, Pr Abdoulaye Dièye, Enseignant-chercheur à la Faculté des sciences juridiques et politiques de l’UCAD. Prenant la balle au rebond, l’ancien Premier ministre et modérateur des débats, Mamadou Lamine Loum, a pointé “un problème de l’heure.”

Pour certains, le fait de ne pas avoir mis en place “un mécanisme de suivi des productions” visant à améliorer la situation du pays, y est pour beaucoup. D’où le plaidoyer pour la “vulgarisation” des travaux des Assises. Une proposition revenue dans plusieurs interventions.

Mais, le processus semble inéluctable, selon Pr Penda Mbow, arguant que “les conclusions de ces assises seront appliquées un jour ou l’autre. (D’abord), nous allons vers un monde où le renouveau démocratique sera un impératif. Au Sénégal, on ne pourra pas aller vers ce renouveau sans passer par les conclusions des Assises nationales et la charte démocratique. (Ensuite), nous avons plus que jamais besoin de bâtir un consensus très fort, si nous voulons négocier cette reconstruction post-Covid. Et là, je pèse bien mes mots, il nous faut retourner vers un consensus. Les conclusions de ces Assises ont embrassé tous les aspects de la vie politique, économique, sociale, culturelle, juridique, il faut simplement réactualiser ces conclusions en fonction de ce que nous sommes en train de vivre. Et, on se rendra compte que la société est en train d’échapper petit à petit aux acteurs politiques, et c’est ça qu’il faudra éviter sinon demain, d’autres acteurs vont naître. Et ces acteurs peut-être ne seront pas les mieux armés”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 − 11 =