L’éternelle bataille pour l’égalité.

L’indépendance du Sénégal a été obtenue au terme de luttes et de sacrifices avec en première ligne, les femmes qui se sont toujours distinguées dignement et valeureusement. D’ailleurs elles sont les premières à réclamer l’indépendance, aujourd’hui, ces Sénégalaises qui nous ont tout donné occupent une place de choix dans le Plan Sénégal Émergent.

L’épopée des femmes de Nder dans le Wallo qui, un mardi du mois de novembre 1819, se sacrifièrent collectivement pour ne pas tomber entre les mains d’esclavagistes maures reste encore vive dans la mémoire collective et dans les esprits. Pendant la période coloniale aussi les Sénégalaises se sont illustrées dans la lutte pour l’égalité des hommes et des femmes et la liberté. Toutefois, au lendemain de ses revers face aux allemands en 1944, la France songe à la libération et à la réorganisation des pouvoirs publics. Un plan de réforme des structures coloniales de l’Afrique française est alors proposé à la conférence de Brazzaville en janvier 1944. En avril de la même année, une ordonnance portant  réorganisation des pouvoirs publics en France après la Libération est signée en Alger où siégeait le Comité français de libération nationale. L’ordonnance prévoit de nouvelles élections pour « redonner vie aux institutions» sonnant le renouvellement des conseils municipaux, les conseils généraux. Après la mise sur pied de l’assemblée représentative provisoire, devant élire le bureau le président du gouvernement provisoire, il était question d’élection de l’Assemblée constituante au plus tard, un an après la libération par « tous les Français et Françaises majeurs. » Un pas de géant venait d’être franchi dans l’égalité entre hommes  des femmes car, pour la première fois de l’histoire « les femmes sont électrices et éligibles dans les mêmes conditions que les hommes.» L’ordonnance applicable estimait que les décrets détermineront les « conditions d’application et la mise en vigueur de la présente ordonnance en Algérie ainsi que les territoires relevant du département des colonies.» Accusée d’exclure « les femmes africaines citoyennes alors que les femmes françaises résidant en Afrique Occidentale Française (AOF) pouvaient y participer», l’autorité coloniale fut désavouée pour son hostilité au vote « des femmes Sénégalaises » avec le soutien de leurs compatriotes Sénégalais. En effet, deux batailles simultanées étaient alors menées, celle de l’égalité des droits des blancs et des noirs et de l’égalité entre hommes et femmes. « L’attention sur la situation faite aux femmes sénégalaises jugée inadmissible » valut plusieurs rencontres et réunions à Saint Louis et à Dakar. Ces Sénégalaises s’étaient constituées en associations féminines pour une unité et une force dans les luttes, le parcours militant et combattant de ces femmes leaders d’alors force respect et estime. Le vote des Sénégalaises en 1945  créa un changement de mentalité collective, désormais, les Sénégalaises sont recherchées pour le rôle qu’elles peuvent jouer dans le déroulement de scrutin, devenant ainsi, une force politique capable par son engagement, de donner un visage nouveau aux consultations électorales. D’ailleurs les premières formations politiques du Sénégal ont pris le soin de constituer des comités de femmes dont le rôle important n’a cessé de croitre. De vaillantes et valeureuses  Sénégalaises prirent activement part à la marche des porteurs de pancartes 1958 et réclamèrent l’indépendance devant le Général Charles de Gaule. Au fil du temps, ces Sénégalaises jouèrent  de grands rôles dans la vie de la nation et celle des institutions. Et depuis mai 2010, les Sénégalaises bénéficient de la loi sur la parité votée par l’ancien Président de la République Abdoulaye Wade.

Pour sa part, le Président de la République Macky Sall place la femme au cœur de l’émergence avec une place de choix accordé aux Sénégalaises issues du monde rural comme stipulé dans le Plan Sénégal Emergent. En effet, le Plan Sénégal Emergent (PSE) offre aux Sénégalaises des opportunités dans tous les domaines et la possibilité de valoriser leur place dans la chaîne de valeur des différents segments de l’économie nationale ce qui passe par un encadrement, des formations des séances de renforcement de capacités , la recherche de fonds dans les domaines comme l’agriculture, la pêche, la santé l’environnement, le commerce, le tourisme, la paix et la sécurité. D’ailleurs la plateforme And Jéégo qui regroupe des organisations féminines s’activant dans divers secteurs  s’approprie le Plan Sénégal Emergent (PSE.) Pour elles, le Plan Sénégal Emergent (PSE) permet aux Sénégalaises  de jouer pleinement leur rôle dans l’émergence économique Sénégalaise. Pour se faire, la plateforme compte développer des stratégies en vue d’une application transversale de « l’équité et l’égalité des genres » via la promotion de projets structurants à travers l’installation d’unité de production et de transformation de produits locaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
20 − 10 =